Skip to main content
Non classé

Le Changement de Cap des promoteurs Immobilier au profit d’un avenir durable et responsable

par 16 février 2022No Comments
Depuis l’avènement de la loi climat et résilience en Août 2021, les promoteurs doivent faire face à un enjeu majeur concernant la pérennisation de leur secteur d’activité avec une échéance Damoclésienne pour 2050.

Quel avenir réserve la loi climat aux promoteurs immobiliers

La loi climat, entrée en vigueur le 24 Août 2021, vise à redéfinir le paysage de la production en le plaçant sous le prisme de la réduction de pollution. L’échéancier repose sur deux dates,2030 et 2050. Tout d’abord baisser les émissions de gaz à effets de serre de 55% d’ici à 2030 puis atteindre une neutralité carbone en 2050. Ces grands objectifs sont régis par de nombreuses mesures impactant majoritairement tous les secteurs de production et notamment celui de l’immobilier. Nous pouvons citer la plus importante qui est celle de la zéro artificialisation nette fixée à 2050 avec, pour première étape, une « baisser de 50%, d’ici à la fin de la décennie, le rythme d’artificialisation et de consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers ». Cet objectif vise réduire l’artificialisation des sols qui provoque la destruction de la biodiversité. Pour accompagner les secteurs impactés par ces mesures, l’état favorise la réhabilitation d’anc

Une prise de conscience des promoteurs immobiliers

Tous les promoteurs vont donc devoir composer avec ce nouvel environnement législatif. D’ailleurs, certains d’entre eux s’imposent déjà des ambitions allant au-delà des mesures gouvernementales. C’est notamment le cas de Vinci Immobilier qui décide, dès aujourd’hui, de s’inscrire dans l’objectif de zéro artificialisation pour 2030 au lieu de 2050. Cet objectif ambitieux est assumé par la direction « il nous appartient désormais de devenir une part de la solution ». Pour cela Vinci Immobilier annonce que « 50% de leur activité deviendra du recyclage urbain avant 2030 ». 

Nexity, de son côté, s’intéresse aux friches industrielles et agricoles depuis 2004. En effet plusieurs de leurs projets découlent de l’aménagement de friches industrielles, c’est le cas de la halle des Docks à Saint-Ouen, cédée récemment à Frey. Nexity avait compris le potentiel que pouvait renfermer les friches en termes de développement permettant, par la réhabilitation de ces friches, de redéfinir des lieux de vie pour les riverains comme pour les enseignes et entreprises. 

Aujourd’hui l’enjeu est double : favoriser la mixité d’usages des projets et se mobiliser pour la reconfiguration des friches industrielles. C’est le nouveau visage de la promotion immobilière pour les prochaines années à venir afin de satisfaire les parties prenantes avec une construction éco-responsable.

Comment la société Les Arches Métropole s’inscrit dans cette démarche

La société Les Arches Métropole, a décidé de s’inscrire dans cette démarche d’avenir. Nous repensons l’immobilier commercial pour que nos projets soient en adéquation avec les enjeux et la réglementation comme, par exemple, Frouard et de Grasse.

Tout d’abord Tours : le projet est pensé pour répondre à l’enjeu de concentrer divers besoins, au sein d’un seul pôle en synergie et d’économie d’espaces. Commerces, restauration, parc d’activités. Ces secteurs à part entière seront regroupés dans un foncier de 2,5 Hectares au sein d’un programme horizontal et à mixité d’usages. Ce projet est en adéquation avec la voie que l’immobilier tend à emprunter.

Le projet de Frouard, quant à lui, est basé sur une friche industrielle de 2 hectares en zone péri-urbaine, représente notre première pierre à l’édifice dans la rénovation de friche. Il s’inscrit également dans une mixité d’usages devenant omniprésente et nécessaire pour les consommateurs. Loisir, restauration et commerces seront unis pour créer un lieu d’expériences sociales mêlant besoins et plaisirs. Tout en se montrant responsable de l’environnement.

C’est donc avec conscience que les promoteurs immobiliers abordent leurs futurs projets, mais cette prise de conscience doit s’accompagner d’un certain pragmatisme à l’égard des prospectives gouvernementales.